Poème : Désert

 Voici un de mes poèmes : Désert extrait de mon récit de voyage

dans le Grand Erg Oriental en Tunisie

dont voici des extraits  : 1 (début de la randonnée) et 2 (l’oasis de Ksar Ghilane)

Atelier d'écriture à Vic la Gardiole
Le grand erg oriental

Lecture à haute voix de cet extrait « Désert » de mon récit de voyage dans le Grand Erg Oriental (Sahara) en Tunisie

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

DESERT

 

D’abord une couleur qui sature l’espace

extrême dans ses pleins, ombrée dans ses recoins

ondulante dans ses mouvements.

 

Une palette d’or et de grains.

Des grains qui roulent sous un vent invisible,

sous la patte du temps et des animaux.

 

Des particules unifiées où l’oeil s’égare.

Un océan de sable, de montagnes, de vallons

et cette envie de se réfugier dans un creux et de s’enfoncer.

 

De plonger sa main dans la chaude profondeur

de parcourir la distance que le désert installe entre lui et le visiteur

de comprendre le mystère de l’attraction

 

Cet envoûtement du rien ou du presque rien

la rareté d’une plante grasse, la solitude du bédouin.

Relier les points

 

Connaître la soif des jours et des nuits

perdu dans le Sahara sans fin.

Imaginer l’eau au loin entourée

 

De palmiers aux ramures qui t’invitent.

Réver à la goutte sur la langue

et à celle qui glisse dans ta gorge asséchée.

 

S’allonger dans l’épaisseur liquide.

Laisser les vaguelettes envahir tes sens endormis

et ne plus vouloir rien connaître d’autre que l’image de cet infini destructeur.

 


Rédigé par Béatrice. M – tous droits de copie ou de reproduction est strictement interdit.

Récit de voyage centr d'accompagnement en francais

Le grand erg oriental, couleurs chatoyantes de fin de journée

Vous désirez écrire un poème sur le désert, tout comme moi !

Ecrivez dans l’espace « commentaires » et je publierai votre poème.  

ou envoyez-le moi grâce au formulaire ci-dessous

Randonnée chamelière dans le Grand Erg Oriental en Tunisie

J’ai fait un voyage en Tunisie en 2004. Les passages choisis ici correspondent à des extraits de mon magnifique périple de six jours à travers le grang Erg Oriental. Outre la beauté saisissante du paysage, nous étions amenés à déposer par écrits nos impressions. De cette activité est née mon récit de voyage, que j’ai illustré de 17 aquarelles.

Récit de voyage de Béatrice Monge

J’ai fait un voyage en Tunisie en 2004. Les passages choisis  ici correspondent à des extraits de mon magnifique périple de six jours à travers le grand Erg Oriental. Outre la beauté saisissante du paysage, nous étions amenés à déposer par écrits nos impressions. De cette activité est née mon récit de voyage, que j’ai illustré de 17 aquarelles.

J’avais pris l’avion à Paris direction Djerba. De Djerba, des voitures nous attendaient.Direction Matmata, Douz et le désert !

ob_042449_images
Le grand erg oriental, couleurs du matin

Arrivée dans le désert – partie 1

Nos accompagnateurs s’affairent, ils descendent nos sacs lourds et volumineux des voitures, tandis que les uns et les autres, nous nous efforçons d’enrouler nos chèches colorés autour de la tête. Certains y arrivent très vite, ils se sont déjà entraînés, d’autres comme moi doivent s’y reprendre à maintes reprises. Mais personne ne les rejette. Peut-être parce qu’ils font partie du contexte, du lieu et de la chaleur et il est conseillé dans le désert de se protéger des rayons ardents du soleil et peut-être aussi cela amuse-t-il certains de faire des effets de style.

La marche vers l’inconnu, notre périple de cinq jours va débuter et pour la première fois depuis des semaines, peut-être des mois, je n’ai qu’une chose à faire, m’émerveiller des choses qui se déroulent sous mes yeux. Je sais que j’ai le temps, que les repas pris tous ensemble autour du feu donneront une saveur nouvelle aux aliments et que les nuits seront fraîches et remplies d’ombres qui glisseront sur la dune.


Notre marche débute – partie 2

Rapidement les derniers petits sacs et couvertures sont ramassés. La marche à travers le désert va pouvoir enfin débuter. La caravane se prépare. Une brise se lève.

Je n’ose pas le croire, mes pas, immédiatement, emboîtent ceux d’un dromadaire. Je suis sa cadence silencieuse et son odeur âcre. Je suis emportée, comme soulevée vers cette palette d’or et de grains qui sature l’espace, extrême dans ses pleins, ombrée dans ses recoins, ondulante dans ses mouvements. Des grains qui roulent sous un vent invisible, sous la patte du temps et des animaux. Des particules unifiées où l’œil s’égare. Un océan de sable, de montagnes, de vallons.

J’aurais envie de me réfugier dans un creux et de m’enfoncer dans la chaude profondeur, mais je poursuis la marche, inlassablement, sans toutefois réussir à parcourir la distance que le désert installe entre lui et moi, sans arriver à comprendre le mystère de l’attraction, cet envoûtement du rien ou du presque rien, la rareté d’une plante grasse, la solitude du bédouin. Je relie les points, identiques et différents à la fois, assoiffée de jours et de nuits dans le Sahara sans fin…….

.. Plusieurs heures ont passé. et même la première nuit…partie 3

Il est six heures du matin. Généralement, à cette heure, en France, je n’arrive pas à me lever. Là, je suis remplie d’enthousiasme. J’ai hâte de rejoindre les chameliers, le feu qu’ils ont déjà allumé, et de franchir pas à pas et une à une les dunes qui paraissent si accessibles en leur présence.

Aussitôt, on me fait signe de me servir. Au menu, du pain confectionné comme la veille, je le suppose par Ibrahim, de la marmelade de coing, de l’huile dans le creux d’une assiette et du thé ou du café. Tout ceci est posé sur la couverture étendue sur le sol comme la veille au soir. Youssef verse du thé dans mon verre. Le pain est chaud, bien moelleux. Le thé est fade, il a même plutôt mauvais goût. L’huile, je la laisse de côté.

Toutes mes affaires sont rangées dans mon sac trop rempli et trop lourd, je viens de m’en apercevoir. Nous sommes sur le point de partir….

Des dromadaires qui courent dans le désert du matin, une image inoubliable – partie 4!

Pour lever le camp, ne manque plus qu’Ibrahim. Il est parti chercher ses dromadaires, il a disparu, longtemps, très longtemps.

Ah ! Le voilà ! Au loin, j’aperçois un cavalier qui galope à vive allure sur une monture peu ordinaire. Derrière lui courent deux autres dromadaires attachés au sien. Ils balaient le sable qui s’envole autour d’eux. Le corps du chamelier se soulève fièrement, voltigeant sur sa monture.

Dans sa course, l’animal est souple, aérien, adroit, élégant. L’homme est léger, attendri, affectueux. L’un et l’autre, l’un sur l’autre, ils constituent un spectacle saisissant de liberté et d’amour de liberté. Rien ne peut les arrêter dans cet espace nu, rien.

Il est descendu de sa monture. Dans son visage éclate son épanouissement intérieur. Il se presse à peine mais sa puissance est telle qu’en peu de temps, les derniers sacs sont chargés et la caravane est prête à s’enfouir dans les sables.

Mais Depuis tout à l’heure, un dromadaire m’examine avec un air légèrement désinvolte…..

Récit de voyage rédigé par Béatrice M

Lire une suite …et aller vers l’oasis de Ksar Ghilane..

Récit de voyage centr d'accompagnement en francais
Le grand erg oriental, couleurs chatoyantes de fin de journée

Le futur et le conditionnel, comment bien les orthographier ?

Le futur et le conditionnel, comment bien les orthographier ?
Afin de distinguer le futur du conditionnel et bien les orthographier, il faut déjà se souvenir  que, Quel que soit le verbe et son groupe, et pour une action qui se passe dans l’avenir , on emploie le futur :

Au futur, à la première personne du singulier, le verbe ne prend pas de  » s »

Le futur et le conditionnel, comment bien les orthographier ?


Afin de distinguer le futur du conditionnel et bien les orthographier, il faut déjà se souvenir  que, quel que soit le verbe et son groupe, et pour une action qui se passe dans l’avenir , on emploie le futur :

  • Au futur, à la première personne du singulier, le verbe ne prend pas de  » s »

  • Exemple d’un verbe conjugué au futur : Demain : je finirai… tu finiras, il finira, nous finirons, vous finirez, ils finiront.


  • On peut aussi utiliser le futur pour une supposition (hypothèse sur le futur, incertitude, possibilité de réalisation, conditionssous la forme de :

Si + présent => futur.

Exemples : 1) s’ils construisent une nouvelle école, ce sera un véritable progrès.

2) Si nous buvons du jus d’orange tous les matins, nous serons en forme.

3) Si nous partons à Noël, nous irons au soleil.


  • On peut enfin remplacer dans certains cas l’impératif par le futur.

Exemples : 1) Attendez-moi devant le restaurant ⇒ Vous m’attendrez devant le restaurant.

2) Sers le plat tant qu’il est chaud s’il te plaît ⇒ Tu serviras le plat tant qu’il est chaud s’il te plaît.


images

  • Au conditionnel, il en prend un  » s » à la première personne du singulier, et prend un « i » à la première et 2eme personne du pluriel. Enfin, il se termine par « aient » à la 3eme personne du pluriel.

Exemple du verbe « finir » : Si c’était possible, je finirais, tu finirais, il finirait, nous finirions, vous finiriez, ils finiraient.

Comme vous avez pu le constater, 1) On note que la phrase commence par un « si » qui reflète une hypothèse, 2) On utilise le temps l’imparfait dans la première partie de la phrase et le conditionnel présent dans la 2nd partie.

Si + imparfait ⇒ conditionnel

Exemples : on l’emploie pour une exprimer une condition, avec la formule : si + imparfait => conditionnel.

Si nous soutenions ce candidat, il pourrait être élu.

Si elle parlait mieux l’anglais, elle vivrait au Canada.

  • On l’emploie pour exprimer un souhait.

J’aimerais être une actrice. J’aurais une garde-robe magnifique.

  • On l’emploie pour s’exprimer de manière polie.

Accepteraistu de me déposer à la gare ?

Je voudrais un pain aux raisons s’il vous plaît.

  • On l’emploie pour transmettre une information incertaine (une hypothèse).

Il y aurait une panne d’électricité.

Je devrais aimer cet hôtel.

L’e-book pourrait voir le jour d’ici cinq ans.


Pour parler d’une hypothèse sur le passé, on utilise si + plus que parfait et le conditionnel passé.

Si tu avais été (v. être) grand, tu aurais pu (V. Vouloir) passer ce filet sans problèmes.

 


Pour en savoir plus, n’hésitez pas à me laisser un message ou à me commander des cours à distance !

 

 

 

Oral du bac – « Spleen » de Charles Baudelaire

Oral du bac – Spleen de Charles Baudelaire (1857)
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Pour l’oral du bac, vous pouvez avoir à analyser ce poème de Charles Baudelaire « Spleen » poème extrait du recueil des « Fleurs du mal ».

Oral du bac – Spleen de Charles Baudelaire (1857)

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Pour l’oral du bac, vous pouvez avoir à analyser ce poème de Charles Baudelaire « Spleen » poème extrait du recueil des « Fleurs du mal« .


Tout d’abord, avant d’étudier et d’analyser ce poème pour l’oral du bac, nous devons connaître succinctement la biographie de Charles Baudelaire.

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Charles Pierre Baudelaire est un poète né à Paris le 9 avril 1821 (la même année de que G. Flaubert) et mort à Paris le 31 août 1867 à l’âge de 46 ans. Grand poète du XIXème siècle, Charles Baudelaire est connu pour deux œuvres, les Fleurs du Mal et le spleen de Paris (le mot Spleen traduit chez Baudelaire l’ennui et le dégoût généralisé de la vie).

Très jeune, Charles Baudelaire se fait remarquer par son caractère rebelle mais obtient néanmoins son baccalauréat.

Rapidement, et après son voyage en paquebot pour les Indes, il est contraint de travailler pour subvenir à ses besoins et devient journaliste et critique d’art. C’est à cette époque qu’il commence à écrire certains poèmes des Fleurs du mal (titre antithétique). Ses débuts littéraires datent de 1843 approximativement.

Ce recueil de poèmes publié en juillet 1857, très controversé et attaqué, met en lumière la dualité entre la violence et la volupté, le bien et le mal, la laideur et la beauté, l’enfer et le ciel.

Le projet poétique de Baudelaire : extraire la beauté du mal et de la perversité humaine et transfigurer par le travail poétique l’expérience douloureuse de l’âme humaine en proie aux malheurs de l’existence.

Il est condamné  pour outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs.

Les poèmes de Charles Baudelaire, qui a reçu de par sa naissance en 1821 un héritage classique, romantique et réaliste, sont par nature lyriques et rattachés au mouvement littéraire du symbolisme. Ce sont des poèmes réguliers à forme fixe où la beauté est recherchée pour tendre vers la perfection du texte.

Le symbolisme est en opposition au monde matériel. Les symbolistes recherchent la suprématie de la sensibilité et du plaisir des sensations, tout y est fugace et éphémère.

Croulant sous les dettes, il part en Belgique pour y donner des conférences. Mais en 1866, il commence à avoir des problèmes de santé. Il s’éteint un an plus tard (1867) des suites de la syphilis et de l’abus d’alcool, sans avoir été reconnu de son vivant, ce que l’aura profondément attristé. En 1868 sont publiés à titre posthume le Spleen de Paris et les Curiosités esthétiques.

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Avant de débuter notre analyse du texte  de Charles Baudelaire en vue de préparer ensemble une simulation d’oral du bac français,

Voici quelques rappels méthodologiques :

A l’oral : ce qui est demandé au candidat, c’est d’avoir :

  • Une bonne capacité d’analyse critique et de prendre en compte la question qui est posée et d’y apporter une réponse précise et détaillée.

  • De préparer une bonne introduction au commentaire de texte (aussi bien à l’oral qu’à l’écrit) avec le nom de l’auteur, le genre, le thème, l’époque et la situation du passage dans l’oeuvre.

  • De faire un plan détaillé de votre explication avec les exemples à citer (en les soulignant dans le texte), ce qui vous permettra d’énoncer l’idée directrice de chaque axe et de retrouver les exemples plus facilement.

 


Déroulement de l’épreuve :

Plan du travail en vue de l’oral :

  • Introduction : présenter l’auteur et le texte en le centrant sur la problématique.

Charles Baudelaire, écrivain français du 19e siècle (1821-1867) est considéré comme un poète maudit et un précurseur du symbolisme (grand tournant littéraire de la décennie 1850-1870). « Les Fleurs du Mal » est l’une des ses œuvres majeures, dans laquelle le poète crée un nouveau rapport entre l’émotion et le langage. Le poème « Spleen » est extrait de la section « spleen et idéal ». Dans ce poème de cinq strophes, rédigé en alexandrin avec des rimes riches et croisées, le poète livre avec une importante tension dramatique toute la mélancolie qu’il ressent les jours de grande pluie.

Par quels procédés Baudelaire parvient-il à nous faire ressentir tout son mal-être dans ce poème ?

Pour répondre à cette question, nous étudierons tout d’abord  les procédés que Charles Baudelaire utilise pour décrire le paysage extérieur, le temps qui y règne, et le ressenti sur l’esprit de ceux qui le subissent. Dans un deuxième temps, nous évoquerons tous les procédés utilisés par Baudelaire pour exprimer son angoisse face à cette atmosphère macabre.

  • Lire le texte : elle doit être expressive et donner un aperçu de votre interprétation.
  • Rappeler la question : Par quels procédés Baudelaire parvient-il à nous faire ressentir tout son mal-être dans ce poème ?
  • Annoncer les grands axes :

I) Baudelaire nous fait ressentir tout son mal-être grâce à la description d’un univers  sombre et inquiétant qui agit sur l’état d’esprit et le moral de ceux qui le subissent. Le temps terriblement maussade qui règne dans cet univers lui inflige une souffrance aiguë.

II) Baudelaire nous fait ressentir tout son mal-être grâce à l’évocation appuyée par des images morbides de son angoisse face à cette atmosphère macabre.


Structure du poème : 

Les trois premiers quatrains débutent avec la répétition en anaphore de l’adverbe  temporel « quand » qui sont suivies de propositions circonstancielles de temps, coordonnées par la conjonction de coordination «  et » dans toutes les strophes :

  1. C’est quand le ciel est bas et lourd et que l’horizon embrasse le cercle, que le ciel verse un jour noir.
  2. C’est quand la terre est changée en un cachot humide, que les chauve-souris se cognent aux murs.
  3. C’est quand la pluie étale ses immenses traînées, qu’un peuple muet d’araignées vient tendre ses filets.

Nous nous apercevons donc qu’il y a une relation de causes à effets entre le climat désastreux et ses conséquences sur la terre, le ciel, les animaux, les cloches, et aussi sur le moral du poète et sur l’esprit en général (pronom personnel, 1ere pers du pluriel « nous, vers 4).

En effet, lorsque le ciel est bas, l’esprit gémit et s’ennuie. Quand la terre est changée en un cachot humide (métaphore de terre humide), l’Espérance (qui est comparée à une chauve-souris) s’en va. Enfin, quand il pleut , les cerveaux sont peuplés d’araignées.

La conséquence ultime de ces trois éléments réunis lorsqu’ils se déchaînent : le ciel en 1e strophe, la terre en 2e strophe, et la pluie en 3e strophe, se décline le long des deux dernières strophes. Ainsi, les cloches sautent avec furie et hurlent, les esprits geignent, les corbillards défilent et l’Angoisse plante son drapeau noir.

L’état d’esprit et le moral de ceux qui subissent ces éléments et en particulier du poète, empire au fur et à mesure de l’avancement du poème jusqu’au déchaînement de violences.  Les  plaintes et gémissements, sont subitement accompagnées de rébellions, voire de violences.

Furieuses, les cloches sautent et hurlent, et dans la guerre intérieure qui se déclenche dans le crâne du poète (adjectif possessif : mon) entre l’Espérance de voir que le temps s’améliore (écrit 2 fois avec une majuscule et en contre-rejet dans le vers 18) : L’Espérance » avec une majuscule est une allégorie (=notion abstraite personnifiée)) et l’angoisse qui est également personnifiée, c’est l’Angoisse qui gagne et qui plante son drapeau noir dans son cerveau (souffrance au propre et au figuré).

Explication du passage :

Baudelaire décrit, dès la 1ere strophe du poème, le ciel spleenétique. Le poème recèle de nombreux adjectifs fortement connotés (bas et lourd, noir, triste), deux verbes fortement imagés (pèse, verse) ainsi que des comparaisons, métaphores et rapprochements d’idées (comme un couvercle, en proie aux longs ennuis, plus triste que les nuits).

De même, le poète nous fait ressentir tout le mal-être  ambiant en employant le champs lexical de la noirceur (jour noir : oxymore), du poids du ciel (bas, le couvercle pèse, lourd), de l’humidité (pluie, humide, pourris, traînées,), de la tristesse, de la souffrance (geindre) et de l’enfermement (couvercle, vaste prison, barreaux), de la passivité (muet) et de la mort (corbillards).

Du ciel dépend, chez lui, tout un flot d’événements, car lorsqu’il est bas, et qu’il pleut, il verse un jour noir ( V4 – métaphore avec verser de l’eau), de la pluie drue qui transforme la terre en cachot humide et en prison.

Dans la strophe 4, ce n’est plus le ciel qui inflige de la tristesse et du malheur sur la terre. Les cloches (symbole du bruit, donc de la vie) qui sautent vers le ciel et les esprits qui geignent pour la deuxième fois, se rebellent.

Il y a donc un parallèle établi par Baudelaire entre la première strophe et la quatrième, parallèle qui renforce le sentiment d’enfermement des esprits.

Ainsi, ce terrible ciel agit sur l’état d’esprit et le moral de ceux qui le subissent en plus du poète (nous) . Le temps terriblement maussade qui règne dans cet univers leur inflige une souffrance aiguë, et leur esprit gémit.

Des images morbides face à cette atmosphère macabre se succèdent : cachot humide en v.5, plafonds pourris en V.8, immenses traînées V.9, vastes prisons, barreaux, filets, longs corbillards, drapeau noir.

Bien que l’Espoir existe (2 fois en majuscule), que les chauve-souris tentent de s’échapper avec leurs ailes timides, que les cloches sautent et que les esprits se plaignent, c’est l’Angoisse (personnalisée, avec plusieurs adjectifs : atroce, despotique (allitération en s))  qui termine vainqueur du combat.

Le poète incline sa tête (au sens propre et au figuré) devant les éléments qu’il ne peut changer, et devant sa propre souffrance morale.

 

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

LXXVIII – Spleen

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l’horizon embrassant tout le cercle
II nous verse un jour noir plus triste que les nuits ;

Quand la terre est changée en un cachot humide,
Où l’Espérance, comme une chauve-souris,
S’en va battant les murs de son aile timide
Et se cognant la tête à des plafonds pourris ;

Quand la pluie étalant ses immenses traînées
D’une vaste prison imite les barreaux,
Et qu’un peuple muet d’infâmes araignées
Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,

Des cloches tout à coup sautent avec furie
Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,
Ainsi que des esprits errants et sans patrie
Qui se mettent à geindre opiniâtrement.
– Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,
Défilent lentement dans mon âme ; l’Espoir,
Vaincu, pleure, et l’Angoisse atroce, despotique,
Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.

Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal

Les sens ne sont-ils pas suffisants pour nous fournir toutes nos connaissances ?

Méthodologie de l’explication de texte : qu’est-ce qu’expliquer un texte ?

Expliquer, c’est dire l’essentiel, dire « en peu de mots » Expliquer, c’est expliciter, analyser. Expliquer, c’est différencier, opposer, discuter.

Philosophie : l’explication de texte en série technologique

Les sens ne sont-ils pas suffisants pour nous fournir toutes nos connaissances ?

Méthodologie de l’explication de texte : qu’est-ce qu’expliquer un texte ?

Expliquer, c’est dire l’essentiel, dire « en peu de mots » Expliquer, c’est expliciter, analyser. Expliquer, c’est différencier, opposer, discuter.

Les questions ne sont pas indépendantes les unes des autres, mais il faut respecter leur ordre pour y répondre. Il est important de distinguer, dans un premier temps, la recherche de la compréhension du texte et la rédaction de son explication : la recherche du sens du texte nécessite qu’on le lise et qu’on le relise jusqu’à ce qu’on le « possède »

Dans votre travail préparatoire, pensez à définir précisément ce que désigne « une vérité particulière », d’« une vérité générale », et ce que signifie « universel ». Distinguez bien les deux adjectifs « nécessaire » et « suffisant ».

La question 2 demande d’expliquer des expressions, des phrases, c’est-à-dire de les rendre claires, de les faire comprendre au lecteur alors même qu’elles peuvent paraître obscures ou au contraire trop évidentes. Les expressions ou phrases ainsi choisies le sont pour leur importance dans le texte et le fait d’éclaircir leur sens permet de mieux comprendre le texte dans son ensemble. Il faut donc préciser leur rapport à l’idée générale et à l’organisation du passage.

La question 3 correspond à une petite dissertation, elle obéit donc aux mêmes règles  ; il s’agit ici de dépasser tout ce qui relève de l’opinion individuelle et de mener une réflexion personnelle à partir de l’énoncé d’un problème sous-jacent à la question posée, en confrontant les différents points de vue que l’on ne peut adopter sur le texte.

La troisième question correspond à la troisième fonction de toute explication : « La dernière question, en proposant la discussion d’une idée centrale du texte, devra permettre au candidat d’en préciser la signification et de faire apparaître le problème dont il est question ». Dans ces conditions,  la réponse à la troisième question est, en un sens, une dissertation (une dissertation particulière : guidée en partie par le texte à expliquer), mais c’est en même temps et avant tout une explication du texte, le moment culminant et le plus synthétique de l’explication de texte.

Dans la mesure où cette dissertation doit constituer encore un moyen d’expliquer le texte (ce qui a été commencé par la réponse aux questions 1 et 2), il faut que ce soit avant tout un examen du texte. Nulle difficulté à cela, puisqu’une dissertation revient toujours à l’exposition et à la discussion d’une idée et que la question qui vous est posée propose précisément la discussion de l’idée principale du texte ; il suffit donc de l’exposer à nouveau, de façon aussi claire, précise, analysée, argumentée, que possible, en la justifiant  à la manière dont elle l’est dans le texte. C’est la base de votre dissertation-examen du texte.


Cours de francais et de philosophie à distance
Leibniz

Expliquez le texte suivant de Leibniz :

« Les sens, quoique nécessaires pour toutes nos connaissances actuelles, ne sont point suffisants pour nous les donner toutes, puisque les sens ne donnent jamais que des exemples, c’est-à-dire des vérités particulières ou individuelles. Or tous les exemples qui confirment une vérité générale, de quelque nombre qu’ils soient, ne suffisent pas pour établir la nécessité universelle de cette même vérité, car il ne suit point que ce qui est arrivé arrivera de même (…) D’où il paraît que les vérités nécessaires, telles qu’on les trouve dans les mathématiques pures et particulièrement dans l’arithmétique et dans la géométrie, doivent avoir des principes dont la preuve ne dépende point des exemples, ni par conséquence des témoignages des sens, quoique sans les sens on ne se serait jamais avisé d’y penser. »

Leibniz Préface aux Nouveaux essais sur l’entendement humain. »

 

Pour expliquer ce texte, vous répondrez aux questions suivantes, qui sont destinées principalement à guider votre rédaction. Elles ne sont pas indépendantes les unes des autres et demandent que le texte soit d’abord étudié dans son ensemble.

Questions :

  • Dégagez l’idée principale du texte.

L’idée principale de la préface des « nouveaux essais sur l’entendement humain, IV, chapitre 2″ de Leibniz, essais qui furent publiés en 1765 après le décès de Leibniz, dialogue entre deux personnages : Théophile et Philalèthe, est une démonstration qui sert d’argumentaire  à Leibniz pour contrer le philosophe anglais Locke et sa théorie de l’empirisme en Sciences, sur le fait de considérer que « toutes les vérités dépendent de l’expérience, c’est-à-dire de l’induction et des exemples, ou s’il y en a qui ont un autre fondement ».

Autrement dit, Leibniz y défend la thèse selon laquelle les sens sont nécessaires, c’est-à-dire fondamentaux, mais non suffisants ou acceptables, pour élaborer une connaissance vraie. Il entend ainsi montrer que la vérité dépend d’un raisonnement à même de faire la distinction entre le nécessaire et le contingent des informations sensorielles.

La préface des « nouveaux essais sur l’entendement humain, IV, chapitre 2″ de Leibniz, traite donc du fondement de la connaissance.

  • Quelles sont les différentes étapes de son argumentation ?

Pour Leibniz, philosophe et mathématicien allemand, les diverses fonctions de notre sensibilité telles que l’ouïe et la vue, qui nous mettent en présence et en relation directe avec les réalités du monde sont essentielles pour une bonne représentation  privée et personnelle, mais cette fonction, qui n’apporte que des modèles, n’est que partielle et ainsi n’est pas exacte. Les sens seraient  donc loin d’être suffisants puisqu’ils n’apporteraient que des vérités spécifiques et non des vérités constantes et essentielles.

Ainsi, les sens ne peuvent pas nous donner de preuve générale sur les phénomènes, car il peut toujours y avoir un contre-exemple. Si on voit beaucoup de moutons beiges, on ne doit pas en déduire que tous les moutons sont beiges, car un jour on peut tomber sur un mouton noir, ce qui ruine notre « théorie ».

D’autre part, l’homme qui voudrait étudier le mouvement de la nature peut-il se fier à ses sens, à sa vue  ? Très vite il va rencontrer les limites de ses sens : en effet tous les jours, je peux voir le soleil se coucher à l’ouest et pourtant je sais que mes sens me trompent, je sais par les connaissances que j’ai apprises que ce qui m’apparaît être un mouvement du soleil est une illusion. Ce qui se passe c’est un mouvement coordonné de planètes qui me donne l’impression que le soleil se couche à l’ouest pour revenir le matin à l’est alors que la terre tourne sur elle-même dans un mouvement qui ne m’est pas perceptible mais que les mathématiques peuvent me révéler. Je suis donc trompé deux fois par mes sens (par la vue et par les sensations cénesthésiques qui ne me permettent pas de percevoir le mouvement de la terre).

Par la suite, l’auteur poursuit son argumentaire  en écrivant :« Or tous les exemples qui confirment une vérité générale, de quelque nombre qu’ils soient, ne suffisent pas pour établir la nécessité universelle de cette même vérité, car il ne suit point que ce qui est arrivé et arrivera de même. ». Dans la première partie de la phrase, Leibniz démontre que la plupart des exemples qui sont portés à notre connaissance, quel que soient leur quantité,  garantissent une certitude  juste et forte, mais  ne permettent pas d’attester de sa pleine et entière exactitude . Il le justifie par l’impossibilité d’avoir la conviction qu’un événement advenu d’une certaine manière surviendra toujours de cette manière. Cela signifie qu’un événement observé une fois ou même plusieurs fois ne certifie pas de se reproduire à chaque fois. Même avec une accumulation d’exemples , on n’aura guère d’autres connaissances que celle de la probabilité d’un événement à se reproduire.

Nous pouvons illustrer cette fin de phrase « car il ne suit point que ce qui est arrivé arrivera de même » très simplement par l’exemple de l’alternance du jour et de la nuit. En effet, un Homme aura beau voir le soleil se lever chaque jour pendant de nombreuses années, rien ne peux réellement confirmer qu’il se lèvera à nouveau le lendemain. De même, s’il se lève toutes les 24 heures à un endroit, cela ne signifie pas que c’est une vérité universelle car au pôle Nord, ce phénomène n’a pas lieu en 24 heures. Terre et soleil n’étant pas reliés l’un à l’autre, il se peut que l’un des deux éléments disparaisse ou change de forme.

Dans la phrase  » les vérités nécessaires telles qu’on les trouve » Une question à se poser est de savoir si  la vérité n’est pas cette norme, valable pour tous, par laquelle les hommes cherchent à mesurer le degré de validité de leurs croyances et de leurs représentations du réel. La vérité, sans se confondre avec le réel, exprime pourtant ce souci d’un réel sur lequel nous pouvons, en fonction de critères vérifiés, nous accorder et nous entendre.

  • Expliquez :  « Tous les exemples qui confirment une vérité générale, de quelque nombre qu’ils soient, ne suffisent pas pour établir la nécessité universelle de cette même vérité. » (lignes 3 et 4)

Tous les exemples apportés par nos cinq sens qui établissent dans  nos esprits des évidences, n’apportent pas la preuve que cette évidence est nécessairement une vérité exclusive.  Même en nombres infinis, les exemples ne peuvent établir cette vérité universelle.

C’est ainsi que Leibniz démontre que, aussi universelles et intemporelles qu’elles sont, les sciences ne peuvent pas se baser sur des exemples,  car leur théorème et leur application rationnelle est suffisamment véridique pour se passer des exemples en tant que preuve.

Le philosophe met donc une distance entre les sciences et les sens, car ces derniers peuvent être source d’erreur. Cela ne va pas sans rappeler Descartes, qui fondait ses démarches sur la renonciation aux informations des sens pour trouver la vérité.

  • Pourquoi Leibniz précise-t-il : « quoique sans les sens, on ne se serait jamais avisé d’y penser » (ligne 7) ?

La dernière phrase de l’extrait de l’essai de Leibniz  »quoique sans les sens on ne se serait jamais avisé d’y penser  »est particulièrement intéressante car elle montre que les sens sont  toutefois nécessaires à la recherche des connaissances aux yeux de Leibniz, même si cette affirmation représente une concession faite à sa thèse que les sens n’apportent que des vérités particulières.

  • Discutez cette phrase : les sens ne sont-ils pas suffisants pour nous fournir toutes nos connaissances ?

Pour répondre à cette question, nous devons tout d’abord rappeler ce que représentent les sens pour l’homme et leur fonction. Les sens semblent être la fonction de notre rapport au monde et à nous-même la plus simple, la plus précoce, la plus universelle : outre que nous semblons la partager avec tous les animaux, elle est présente en nous  au moins dès la naissance.

En effet, les sens sont un moyen de connaissance du monde et c’est même le premier que nous recevons à la naissance.  Ils nous permettent de créer nos repères dans le monde et nous en apportent une certaine connaissance dans la vie quotidienne et ou lors des découvertes de la petite enfance.

Par nos sens, nous  cherchons à  tout connaître. Et si nous n’avions pas ces sens pour nous interroger, comment ferions-nous ?

Cette connaissance empirique est nécessaire, dans l’apprentissage du petit homme parce qu’elle permet de faire des allers et retours entre la théorie et la pratique. Plus tard on dira de ces « allers-retours » qu’ils sont la « Praxis ».

Par ailleurs, les expériences sensibles que nous avons vécues  enfants pourraient-elles influencer ou conditionner notre manière de raisonner ? Les sens et la raison seraient-ils inter-dépendants ? Dans ce cas, d’où viennent les idées ?

Quel est donc le statut des sens dans la perception sensorielle ? En quoi les informations sensorielles sont-elles fiables ? Quelle autre source de connaissance possédons-nous ?

Nous devons ainsi nous interroger  sur les raisons de notre besoin de voir un paysage ou une personne, de regarder attentivement un événement, de sentir les bonnes et les mauvaises odeurs, de toucher tout ce qui passe à notre portée pour mieux en ressentir sous sa main les différentes sensations, de goûter les différentes substances pour mieux en apprécier la composition, d’entendre les différents sons agréables ou nuisibles !

L’apport des sens dans nos connaissances (que pourrions-nous connaître sans eux ?) est primordiale pour tous les philosophes empiristes car ils vont jusqu’à affirmer que toutes nos idées proviennent de nos sens.  Mais cette théorie que Leibniz récuse montre  ses limites  (puis-je vraiment « connaître » quelque chose si je ne compte que sur l’apport de mes sens ?) Ne sont-ils pas limités, pouvant même constituer un « obstacle » à la connaissance ?

On peut dire, de façon simplifiée, que grâce à la sensibilité, le monde paraît se donner de lui-même à nous, se présenter lui-même à nous, voire se rendre présent lui-même en nous, sans que nous n’ayons rien à faire, à la différence des situations où nous nous efforçons de prendre connaissance de lui scientifiquement, d’agir de façon maîtrisée et techniquement sur lui. Mais les sens, comme fonction de l’esprit qui nous met en relation directe avec les réalités du monde considérées comme des objets déterminés et délimités, ne sont, de fait, pas suffisants pour nous fournir toutes nos connaissances, dans les circonstances les plus générales de la condition humaine.

L’homme est aussi l’être capable d’acquérir toujours plus d’expérience par la mise à l’épreuve précisément des idées premières qu’il peut se faire de lui-même et du monde. L’expérience est donc aussi une manière pour l’homme de penser son rapport au réel à travers les différents domaines par lesquels il peut en élargir et en enrichir le sens.

L’expérience de son côté, est, en un sens, le nom générique que l’on peut donner au réel lui-même, tel que du moins l’homme est en rapport avec lui dès ses premières perceptions et actions sur le monde. Mais l’homme est aussi l’être capable d’acquérir toujours plus d’expérience par la mise à l’épreuve précisément des idées premières qu’il peut se faire de lui-même et du monde. L’expérience est donc aussi une manière pour l’homme de penser son rapport au réel à travers les différents domaines par lesquels il peut en élargir et en enrichir le sens.

Mais Leibniz  défend  la thèse selon laquelle les sens sont nécessaires, mais non acceptables, pour élaborer une connaissance vraie. Il entend ainsi montrer que la vérité dépend d’un raisonnement à même de faire la distinction entre le nécessaire et le contingent des informations sensorielles.

En effet, et afin d’illustrer sa thèse et l’idée de la connaissance prise en un sens large , qui correspond alors à toutes les représentations et idées que nous avons dans l’esprit, indépendamment de leur valeur de vérité, voici un extrait de ces essais : « Et l’on peut dire que celui qui aura vu attentivement plus de portraits de plantes et d’animaux, plus de figures de machines, plus de descriptions ou de représentations de maisons et de forteresses, qui aura lu plus de romans ingénieux, entendu plus de narrations curieuses, celui-là, dis-je, aura plus de connaissances qu’un autre, quand il n’y aurait pas un mot de vérité en tout ce qu’on lui a dépeint ou raconté ; car l’usage qu’il a de se représenter dans l’esprit beaucoup de conceptions ou d’idées expresses et actuelles le rend plus propre à concevoir ce qu’on lui propose, et il est sûr qu’il sera plus instruit, plus rompu et plus capable qu’un autre, qui n’a rien vu ni lu ni entendu, pourvu que dans ces histoires et représentations il ne prenne point pour vrai ce qui n’est point, et que ces impressions ne l’empêchent point d’ailleurs de discerner le réel de l’imaginaire, ou l’existant du possible ».

Ainsi, prise au sens large, la connaissance comprend des degrés et c’est ainsi que la simple opinion peut mériter d’être appelée connaissance , surtout dans les domaines où la connaissance ne peut faire mieux.

Or, les « principes » auxquels fait référence Leibniz dans la phrase : « D’où il paraît que les vérités nécessaires, telles qu’on les trouve dans les mathématiques pures et particulièrement dans l’arithmétique et dans la géométrie, doivent avoir des principes dont la preuve ne dépende point des exemples« , renvoient aux premiers principes mathématiques.  Ils ne sont pas établis par l’expérience des sens mais parce qu’ils s’imposent par eux et sont donc rationnels. Leibniz prend  l’exemple des mathématiques et plus particulièrement de l’arithmétique et de  la géométrie. Cette démonstration assure sa cohérence en partant d’axiomes, terme mathématique synonyme de « principes », et de définitions, terme désignant des propositions universelles, qui permettent l’existence des objets étudiés en mathématiques qui n’ont rien de réel. Ainsi dans la science, il n’est usage que de la raison. La connaissance de vérités nécessaires et universelles n’est donc pas acquise grâce à l’expérience sensible.

N’y a-t-il pas un domaine scientifique dont la rigueur semble bien reposer sur la cohérence interne du discours et non sur l’expérience sensible ? La nécessité de ces vérités s’établit, en effet, par la voie de la démonstration, qui, en mathématiques, consiste à montrer que, si l’on pose une proposition comme vraie, telle autre s’en déduit, c’est-à-dire est vraie à son tour. C’est une nécessité logique, ou mieux purement rationnelle, qui ne doit rien aux exemples. Les exemples (comme un triangle, ou telle autre figure) peuvent guider l’imagination et l’intuition dans la recherche de la proposition vraie, et permettent de confirmer que la proposition géométrique démontrée correspond à ce qu’on peut observer dans le monde, mais non pas qu’elle est nécessaire, c’est-à-dire démontrée.

Pour dépasser les vérités particulières ou éviter les illusions de mes sens, il me faut donc le découvrir à travers les mathématiques pures. Si je suis capable d’appréhender le monde à travers les mathématiques, je serai capable de dépasser les exemples particuliers pour atteindre ce que Leibniz appelle la raison de la physique. Si je suis capable de calculer le mouvement des planètes, je comprendrai que le mouvement du soleil est en fait une interaction entre plusieurs objets célestes. Je découvrirai également que le mouvement est relatif, lié à la position que j’occupe dans l’espace et que la véritable loi qui gouverne les corps célestes, c’est la force qui en est la cause.

Les exemples (comme un triangle, ou telle autre figure) peuvent guider l’imagination et l’intuition dans la recherche de la proposition vraie, et permettent de confirmer que la proposition géométrique démontrée correspond à ce qu’on peut observer dans le monde, mais non pas qu’elle est nécessaire, c’est-à-dire démontrée. Même les premières propositions mathématiques, d’où toutes les autres sont déduites, et que Leibniz nomme ici les « principes » (ce qu’on peut appeler parfois en mathématiques des « axiomes »), ne dépendent pas de l’expérience (les sens et les exemples) pour ce qui est de leur établissement : ils sont posés parce qu’ils s’imposent par eux-mêmes à l’esprit qui ne peut pas les nier sans se contredire, ce qui est la définition même de la nécessité (« ce qui est et qui ne peut pas ne pas être »). Or, précisément, pour Leibniz, les deux principes les plus hauts sont le « principe de non-contradiction » et le « principe de raison suffisante ».

C’est ainsi que Leibniz démontre que, pour être universelles et intemporelles, les sciences ne peuvent pas se baser sur les exemples, qui sont des expériences particulières et personnelles alors que les sciences font appel à la raison. Le philosophe met donc une distance entre les sciences et les sens, car ces derniers peuvent être source d’erreur. Cela ne va pas sans rappeler Descartes, qui fondait ses démarches sur la renonciation aux informations des sens pour trouver la vérité.

 

Comment analyser et commenter un extrait de Candide ou l’optimisme de Voltaire ?

Candide ou l’optimisme est paru en 1759. Candide est un conte en prose philosophique où Voltaire critique la vision optimiste en réaction envers certains philosophes de l’époque comme Leibniz.

Comment analyser et commenter un extrait de Candide

ou l’optimisme de Voltaire ?

 


Avant de commencer notre analyse de l’extrait de candide ou l’optimisme de Voltaire, nous devons réviser la biographie de Voltaire qui est un dramaturge du 18ème siècle (1694-1778) et un philosophe français qui écrivit contre l’intolérance (voir mon autre article sur Voltaire) . –

Centre d'Accompagnement en Français
Portrait de Voltaire

Candide ou l’optimisme est paru en 1759. Candide est un conte en prose philosophique où Voltaire critique la vision optimiste en réaction envers certains philosophes de l’époque comme Leibniz.

Recherche des axes : 

Trouver les axes et les sous-axes :

Tout d’abord, vous devez vous demander ce que dénonce Voltaire dans le nègre de Surinam. Autrement dit, à travers la réalité historique,  il veut faire réfléchir son lecteur sur  :

  • L’esclavage en dénonçant ses horreurs et ceux qui en profitent
  • Les procédés employés pour se procurer des esclaves
  • Une atteinte à la liberté
  • La religion chrétienne et ses partisans

Que constatez-vous sur le déroulement des événements en lisant cet  extrait ?

  • Candide et Cacambo rencontrent un nègre au bord d’un chemin, il leur raconte sa misérable vie qui se résume à peu de choses. Ses malheurs sont dus à un commerçant blanc.

Quel est le ton employé :

  • Ironie et humour noir pour nous faire sourire

Quel peut-être la problématique ?

Nous allons évoquer quelques problématiques possibles :

  • Une scène amusante au service de la critique
  • Comment ce texte parvient-il à dénoncer l’esclavage par le rire ?

Voici les informations essentielles qui vous permettront d’écrire une belle introduction et d’avoir vos axes de travail. A vous de jouer maintenant !!


CHAPITRE 19 – CE QUI LEUR ARRIVA À SURINAM, ET COMMENT CANDIDE FIT CONNAISSANCE AVEC MARTIN

     La première journée de nos deux voyageurs fut assez agréable. Ils étaient encouragés par l’idée de se voir possesseur de plus de trésors que l’Asie, l’Europe et l’Afrique n’en pouvaient rassembler. Candide, transporté, écrivit le nom de Cunégonde sur les arbres. À la seconde journée deux de leurs moutons s’enfoncèrent dans des marais, et y furent abîmés avec leurs charges ; deux autres moutons moururent de fatigue quelques jours après ; sept ou huit périrent ensuite de faim dans un désert ; d’autres tombèrent au bout de quelques jours dans des précipices. Enfin, après cent jours de marche, il ne leur resta que deux moutons. Candide dit à Cacambo : « Mon ami, vous voyez comme les richesses de ce monde sont périssables ; il n’y a rien de solide que la vertu et le bonheur de revoir Mlle Cunégonde. — Je l’avoue, dit Cacambo ; mais il nous reste encore deux moutons avec plus de trésors que n’en aura jamais le roi d’Espagne, et je vois de loin une ville que je soupçonne être Surinam, appartenant aux Hollandais. Nous sommes au bout de nos peines et au commencement de notre félicité. »

En approchant de la ville, ils rencontrèrent un nègre étendu par terre, n’ayant plus que la moitié de son habit, c’est-à-dire d’un caleçon de toile bleue ; il manquait à ce pauvre homme la jambe gauche et la main droite. « Eh, mon Dieu ! lui dit Candide en hollandais, que fais- tu là, mon ami, dans l’état horrible où je te vois ? — J’attends mon maître, M. Vanderdendur, le fameux négociant, répondit le nègre. — Est-ce M. Vanderdendur, dit Candide, qui t’a traité ainsi ? — Oui, monsieur, dit le nègre, c’est l’usage. On nous donne un caleçon de toile pour tout vêtement deux fois l’année. Quand nous travaillons aux sucreries, et que la meule nous attrape le doigt, on nous coupe la main ; quand nous voulons nous enfuir, on nous coupe la jambe : je me suis trouvé dans les deux cas. C’est à ce prix que vous mangez du sucre en Europe. Cependant, lorsque ma mère me vendit dix écus patagons sur la côte de Guinée, elle me disait :  » Mon cher enfant, bénis nos fétiches, adore-les toujours, ils te feront vivre heureux, tu as l’honneur d’être esclave de nos seigneurs les blancs, et tu fais par là la fortune de ton père et de ta mère.  » Hélas ! je ne sais pas si j’ai fait leur fortune, mais ils n’ont pas fait la mienne. Les chiens, les singes et les perroquets sont mille fois moins malheureux que nous. Les fétiches hollandais qui m’ont converti me disent tous les dimanches que nous sommes tous enfants d’Adam, blancs et noirs. Je ne suis pas généalogiste ; mais si ces prêcheurs disent vrai, nous sommes tous cousins issus de germains. Or vous avouerez qu’on ne peut pas en user avec ses parents d’une manière plus horrible.

Extrait du chapitre 19 de Candide ou l’optimiste – le nègre de Surinam de Voltaire


Mais si vous désirez en savoir plus, vous pouvez m’envoyer un message dans le formulaire de contact ci-dessous  !

Analyse de « L’amour et le crâne » de Charles Baudelaire

Voici une proposition d’analyse de « l’amour et le crâne » de Charles Baudelaire pour la préparation d’un commentaire composé.

Avant de débuter l’étude de ce poème, je rappelle aux lecteurs que ce cours est gratuit, mais j’apprécierais un juste retour de la part de tous, car je ne donne pas que des cours de français. Je suis aussi depuis peu une écrivain.

Ainsi, ce blog est également dédié à la promotion de mes romans « La vie cachée de Mina M »,

et « Le pouvoir de la bague« 

Je vous remercie si vous cliquez sur le lien et si vous partagez sur vos réseaux sociaux les pages concernant sa promotion. ♥♥♥♥♥

Béatrice ♥♥ (Follow me)

Voici une proposition d’analyse de « L’amour et le crâne » de Charles Baudelaire pour la préparation d’un commentaire composé.

« L’amour et le crâne » de Baudelaire

Tout d’abord, avant d’étudier ce poème, nous devons débuter par une biographie succincte de Charles Baudelaire.

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Charles Pierre Baudelaire est un poète né à Paris le 9 avril 1821 (la même année de que G. Flaubert) et mort à Paris le 31 août 1867 à l’âge de 46 ans. Grand poète du XIXème siècle, Charles Baudelaire est connu pour deux œuvres, les Fleurs du Mal et le spleen de Paris (le mot Spleen traduit chez Baudelaire l’ennui et le dégoût généralisé de la vie).

Ce recueil de poèmes publié en juillet 1857, très controversé et attaqué, met en lumière la dualité entre la violence et la volupté, le bien et le mal, la laideur et la beauté, l’enfer et le ciel.

Le projet poétique de Baudelaire : extraire la beauté du mal et de la perversité humaine et transfigurer par le travail poétique l’expérience douloureuse de l’âme humaine en proie aux malheurs de l’existence.

Il est condamné  pour outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs.

Les poèmes de Charles Baudelaire, qui a reçu de par sa naissance en 1821 un héritage classique, romantique et réaliste, sont par nature lyriques et rattachés au mouvement littéraire du symbolisme. Ce sont des poèmes réguliers à forme fixe où la beauté est recherchée pour tendre vers la perfection du texte. Le symbolisme est en opposition au monde matériel. les symbolistes recherchent la suprématie de la sensibilité et du plaisir des sensations, tout y est fugace et éphémère.

Croulant sous les dettes, il part en Belgique pour y donner des conférences. Mais en 1866, il commence à avoir des problèmes de santé. Il s’éteint un an plus tard (1867) des suites de la syphilis et de l’abus d’alcool, sans avoir été reconnu de son vivant, ce que l’aura profondément attristé. En 1868 sont publiés à titre posthume le Spleen de Paris et les Curiosités esthétiques.


L’Amour est assis sur le crâne

De l’Humanité,

Et sur ce trône le profane,

Au rire effronté,

Souffle gaiement des bulles rondes

Qui montent dans l’air,

Comme pour rejoindre les mondes

Au fond de l’éther.

Le globe lumineux et frêle

Prend un grand essor,

Grève et crache son âme grêle

Comme un songe d’or.

J’entends le crâne à chaque bulle

Prier et gémir:

– « Ce jeu féroce et ridicule,

Quand doit-il finir?

Car ce que ta bouche cruelle

Éparpille en l’air,

Monstre assassin, c’est ma cervelle,

Mon sang et ma chair.

« L’amour et le crâne » de Baudelaire

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Pour connaître son analyse, me faire une demande par mail en vous abonnant à ce site. Merci !

Tout savoir sur l’Incipit avec Germinal de Zola

L’incipit (il commence) remplit trois fonctions : il informe, c’est-à-dire qu’il explique et décrit (qui, où, quand), intéresse pour entrer rapidement au coeur de l’action , suscite la curiosité du lecteur et propose un pacte de lecture (la nature du livre).

Tout savoir sur l’Incipit avec l’exemple de « Germinal de Zola »

L’Incipit correspond aux premières lignes du roman : il précise la nature du récit et le genre du texte.

L’incipit est primordial car il donne le ton comme une symphonie : une atmosphère étrange,  une situation extraordinaire, des sentiments violents ou dramatiques, une énigme, un mystère.

L’incipit (il commence) remplit trois fonctions :  il informe, c’est-à-dire qu’il explique et décrit (qui, où, quand), intéresse pour entrer rapidement au coeur de l’action , suscite la curiosité du lecteur et propose un pacte de lecture (la nature du livre).


téléchargement

Germinal – Zola – Extrait de la première partie chapitre 1

Dans la plaine rase, sous la nuit sans étoiles, d’une obscurité et d’une épaisseur d’encre, un homme suivait seul la grande route de Marchiennes à Montsou, dix kilomètres de pavé coupant tout droit, à travers les champs de betteraves. Devant lui, il ne voyait même pas le sol noir, et il n’avait la sensation de l’immense horizon plat que par les souffles du vent de mars, des rafales larges comme sur une mer, glacées d’avoir balayé des lieues de marais et de terres nues. Aucune ombre d’arbre ne tachait le ciel, le pavé se déroulait avec la rectitude d’une jetée, au milieu de l’embrun aveuglant des ténèbres.
L’homme était parti de Marchiennes vers deux heures. Il marchait d’un pas allongé, grelottant sous le coton aminci de sa veste et de son pantalon de velours. Un petit paquet, noué dans un mouchoir à carreaux, le gênait beaucoup ; et il le serrait contre ses flancs, tantôt d’un coude, tantôt de l’autre, pour glisser au fond de ses poches les deux mains à la fois, des mains gourdes que les lanières du vent d’est faisaient saigner. Une seule idée occupait sa tête vide d’ouvrier sans travail et sans gîte, l’espoir que le froid serait moins vif après le lever du jour. Depuis une heure, il avançait ainsi, lorsque sur la gauche à deux kilomètres de Montsou, il aperçut des feux rouges, trois brasiers brûlant au plein air, et comme suspendus. D’abord, il hésita, pris de crainte ; puis, il ne put résister au besoin douloureux de se chauffer un instant les mains.
Un chemin creux s’enfonçait. Tout disparut. L’homme avait à droite une palissade, quelque mur de grosses planches fermant une voie ferrée ; tandis qu’un talus d’herbe s’élevait à gauche, surmonté de pignons confus, d’une vision de village aux toitures basses et uniformes.
Il fit environ deux cents pas. Brusquement, à un coude du chemin, les feux reparurent près de lui, sans qu’il comprît davantage comment ils brûlaient si haut dans le ciel mort, pareils à des lunes fumeuses. Mais, au ras du sol, un autre spectacle venait de l’arrêter. C’était une masse lourde, un tas écrasé de constructions, d’où se dressait la silhouette d’une cheminée d’usine ; de rares lueurs sortaient des fenêtres encrassées, cinq ou six lanternes tristes étaient pendues dehors, à des charpentes dont les bois noircis alignaient vaguement des profils de tréteaux gigantesques ; et, de cette apparition fantastique, noyée de nuit et de fumée, une seule voix montait, la respiration grosse et longue d’un échappement de vapeur, qu’on ne voyait point.

images

Questions : le personnage principal est-il présenté ? : oui, il est introduit dans le récit à la troisième personne du singulier  » il ». Nous savons qu’il est ouvrier , qu’il est seul, qu’il cherche du travail, qu’il a froid…;

Le lieu de l’action est-il connu ? : oui, l’action se déroule en extérieur, à la campagne, sur la grande route de Marchiennes à Montsou.

Les sens : la vue est sollicitée avec des tons sombres, obscurs, noirs ainsi que les volumes avec dix kilomètres de pavés, les champs de betterave, un talus d’herbe, un village aux toitures basses, une cheminée d’usine, ….

L’époque de l’action est-elle présentée ? : oui, les circonstances sont relatées : mois de mars (calendrier révolutionnaire),  par une nuit noire et glaciale.

Cet incipit nous intéresse-t-il ? Oui, car il campe une atmosphère, provoque des questions (pourquoi cet homme marche-t-il la nuit avec cette température hivernale ? Qui est-il ?, que porte-t-il, que fait-il ?) ..; et annonce une ou plusieurs thématiques comme  la recherche d’un travail, la solitude, la pauvreté, …

Quel est le contrat de lecture proposé entre l’auteur et le lecteur ? Cet Incipit, indique que c’est un début de récit réaliste : référence à un lieu précis et réel, l’histoire racontée se confond avec la réalité. Son début ‘ in média res » plonge le lecteur dans l’action en cours. La description de la nature permet de suggérer les sentiments et les émotions du personnage (le décor chez Zola suggère la psychologie du personnage). Enfin, l’histoire est racontée au passé.

L’incipit donne envie de lire le texte  : il nous pousse à continuer ou à abandonner. Pour réussir à accrocher l’intérêt du lecteur, l’écrivain doit séduire et retenir  le lecteur, ce qui est le cas pour l’incipit de Germinal de Zola.

Voir l’analyse de Germinal de Zola dans une seconde partie.

Méthodologie de l’étude des questions du corpus

Pour commencer cette séance sur la(les) question(s) du corpus du début de l’épreuve écrite du bac français, je vais vous prodiguer mes conseils généraux sur cette première épreuve à ne pas négliger. Bien qu’elle ne soit notée que sur 4 points en séries générales, il faut rédiger, argumenter et illustrer précisément vos réponses.

Méthodologie de l’étude des questions du corpus

Pour commencer cette séance de méthodologie de l’étude de la (des) question(s) du corpus du début de l’épreuve écrite du bac français, je vais vous prodiguer mes conseils généraux sur cette première épreuve à ne pas négliger. Bien qu’elle ne soit notée que sur 4 points en séries générales, il faut rédiger, argumenter et illustrer précisément vos réponses.

 Voici le déroulement du travail que je préconise en tenant compte de la gestion du temps de l’épreuve écrite du bac français qui est primordiale pour éviter le stress.

Lorsque vous avez enfin votre devoir sous les yeux, vous regardez en premier :

  • les titres et les auteurs,
  • les genres et les années de publications des oeuvres.

Immédiatement vous commencerez à avoir une idée de l’environnement historique des oeuvres.


Par exemple, si vous avez un corpus avec un premier texte extrait de « La Fortune des Rougon » d’Emile Zola publié en 1871, un deuxième texte extrait des « Misérables » de Victor Hugo publié en 1862 et un troisième extrait de texte  de « l’Education sentimentale »de Flaubert publié en 1869, que constatez- vous en premier ?

Les trois extraits datent du XXe siècle, or c’était l’époque des trois mouvements littéraires : le romantisme pour Hugo, le réalisme ou roman du vrai pour Flaubert, et le naturalisme pour Zola, sachant que le naturalisme cherche à introduire dans les romans réalistes la méthode des sciences humaines et sociales, appliquée à la médecine par Claude Bernard.

L’idéal serait d’avoir quelques connaissances sur le contexte historique  du XIXe siècle pour comprendre les genres littéraires :

Victor Hugo a commencé à rédiger les « Misérables » en 1832 avec Gavroche qui représente les Misérables à l’âge de 30 ans et durant les émeutes contre Louis-Philippe à Paris et la monarchie de juillet;

Gustave Flaubert  a débuté son ouvrage « L’éducation sentimentale »  à 47 ans durant le mois de février 1848, la révolution de février, les journées révolutionnaires,  le saccage des Tuileries et l’abdication de louis-Philippe.

Quant à Emile Zola, il a rédigé la « Fortume des Rougon »  dans les années 1853-52 lors du coup d’état  de Louis Napoléon Bonaparte, des insurrections et la proclamation du second empire de Napoélon III.


Ainsi, nous voyons que  l’histoire peut nous en apprendre beaucoup sur ces extraits, et que notre premier point commun est la mise en scène des soulèvements populaires contre le pouvoir en place  !!


Reprenons notre méthodologie :

  1. Vous lisez maintenant les trois questions du corpus afin de savoir quelles sont les attentes des examinateurs et savoir quel est le texte retenu pour le commentaire composé. 
  2. Il faut ensuite lire les textes de manière active dès la première lecture, c’est-à-dire avec des stabilos et une feuille de brouillon devant soi soulignez les mots clefs et les expressions importantes, le thème de chaque texte (en un deux-trois  mots pas plus sachant que la plupart du temps, cette question porte sur :

– les thèmes (la guerre, la liberté, l’utopie…) et la façon dont ils sont traités ;

– les registres (lyrique, pathétique, polémique…) ;

– ou encore le but (la compassion du lecteur, l’argumentation d’une thèse…).),

les verbes, les champs lexicaux…

En tout il faut compter, lecture des textes comprise une heure et c’est court.

  • Puis dans la colonne de gauche de votre brouillon, vous notez les points communs entre les textes en essayant de répondre le plus globalement possible en organisant ses idées;

Vous devez compter environ une page pour répondre aux questions, ne dépassez jamais deux pages. On attend de vous un travail synthétique et concis.

Votre réponse comportera :

– une introduction (généralement d’une phrase) : présenter le corpus, rappeler la question,

– un développement,

– une conclusion qui répond à la question et ouverture d’une perspective.


Il ne faut jamais faire une partie par texte (partie I : texte A ; partie II : texte B…).

Au contraire, il faut rassembler les textes qui ont des points communs, et prendre les différents thèmes pour chaque partie : ce n’est juste qu’un exemple de plan ;

  • Le plan ne doit pas être aussi détaillé que pour celui du commentaire (ou de la dissertation…), il s’agit simplement de répondre de manière organisée sans se répéter.

Ensuite, la réponse doit être rédigée en suivant le plan. Chaque idée et chaque argument doivent être illustrés par un exemple c’est-à-dire une référence au texte.

A la fin, relisez-vous pour chasser les fautes d’orthographe et de syntaxe.

Commentaire de texte bac : l’aveugle de Guy de Maupassant

Dans ce cours, je propose à mes élèves de les accompagner dans l’étude d’un plan détaillé pour la composition d’un commentaire composé pour les épreuves du bac sur le texte « l’aveugle » de Guy de Maupassant.

Avant de débuter l’étude de ce texte, je rappelle aux lecteurs que ce cours est gratuit, mais j’apprécierais un juste retour de la part de tous, car je ne donne pas que des cours de français.

Je suis aussi depuis janvier 2020 écrivain. Ainsi, ce blog est également dédié à la promotion de mon roman « La vie cachée de Mina M ».

En novembre, je viens de publier un autre roman :

« Le pouvoir de la bague. »

Je vous remercie de bien vouloir cliquer sur le lien et de partager sur vos réseaux sociaux les pages concernant sa promotion. ♥♥♥♥♥

Béatrice ♥♥ (Follow me) ♥♥

Commentaire de texte bac : l’aveugle de Guy de Maupassant

Dans ce cours, je propose à mes élèves de les accompagner dans l’étude d’un plan détaillé en vue de la composition d’un commentaire composé pour les épreuves du bac sur le texte « l’aveugle » de Guy de Maupassant paru en 1882.


Cours de français à distance de centre d'accompagnemet en français
L’aveugle de G.de. Maupassant

Guy de MAUPASSANTné en 1850 est un grand écrivain français, lié à Emile Zola et à G. Flaubert.  Gustave Flaubert, né en 1821 fut le maître du jeune G. De Maupassant. En effet, G.de Maupassant suivit ses conseils, ses idées, ses méthodes d’observation et de composition. Ce fut son élève pendant plusieurs années.

Ses romans (Une vie en 1883, Bel ami en 1885, Pierre et Jean en 1888), ses contes et ses nouvelles (Boule de suif en 1880, les contes de la bécasse en 1883, Le Horla en 1886) composés entre réalisme et fantastique, mettent en scène un certain pessimisme. Le style, la description, la conception et la pénétration s’échappent de sa plume féconde.

Durant les dernières années de Maupassant, se développent en lui un amour exagéré pour la solitude, un instinct de conservation maladif, une crainte constante de la mort, et une certaine paranoïa, dus à une probable prédisposition familiale, sa mère étant dépressive et son frère mort fou, mais surtout à la syphilis, contractée pendant ses jeunes années.  Il est mort le  à Paris.


« L’Aveugle » fut publié dans le journal « Le Gaulois » du 31 mars 1882. Cette nouvelle est une nouvelle réaliste cruelle. Elle est extraite de « Contes divers » sortis la même année.


Voici une problématique : 

Comment l’intérêt du lecteur est-il suscité dans cette nouvelle ?


Dans cette nouvelle en forme de conte, G de MAUPASSANT suscite l’intérêt du lecteur dès le début en expliquant à travers les yeux d’un narrateur l’intérêt de posséder tous ses sens dont celui de la vue pour être heureux de vivre. Puis, il prend l‘exemple d’un aveugle pour étayer sa thèse. C’est le début du conte relaté dans un registre pathétique afin d’inspirer au lecteur des émotions fortes devant des situations injustes et inhumaines. Ce conte est aussi un apologue, car nous pouvons constater qu’il se dégage une morale du destin tragique de cet aveugle : plus l’homme est vulnérable, faible et incapable de se défendre, plus l’être humain (sa famille, les voisins, les paysans), la société, la nature (la neige) et même les animaux (les chiens, les chats, les corbeaux) deviennent cruels avec lui au point de souhaiter ou de favoriser sa mort. Autrement dit : La faiblesse extrême due à un handicap ou à une infirmité (la cécité) et la peur de la différence, libèrent chez les personnes mal intentionnées une attitude malveillante : méchanceté voire cruauté, avarice, sadisme, barbarie, bestialité ; Parce qu’il est aveugle, il devient un paria, un souffre-douleur, un martyr dont on veut se débarrasser.


Afin d’établir un plan très détaillé qui servira de base à un commentaire composé, nous allons étudier le texte de manière linéaire.

I – Une nouvelle qui défend une thèse  : voir le ciel, le soleil et les couleurs rend heureux et l’inverse rend morose et pitoyable. Elle montre également l’émotion et l’empathie du narrateur  à la fin de la nouvelle.

1) Forte implication du narrateur au début et à la fin de la nouvelle : marques de modalisation (je,..). Pensée mélancolique pour le gueux.

2) Voir :  le sens de la vue important pour le bonheur : emploi répété de questions ? Emploi d’adjectifs qualificatifs de couleur aux lignes 2 et 3….nombreuses répétitions (envie) et champ lexical du bonheur.

 Transition   Il ne peut jouir des couleurs car il est aveugle. L’auteur nous montre explicitement ce contraste. Choix des mots antithétiques entre le premier paragraphe et le second.

II – Le conte L’aveugle, conte cruel  (exemple pour étayer sa thèse)

  1. Description de l’aveugle : horrible infirmité, figure toute pâle, impassible, …

Figures de style : Périphrase : Seules ses paupières, qu’agitait une sorte de souffrance nerveuse, retombaient parfois sur la tache blanche de ses yeux. La cécité est représentée par la tâche blanche de ses yeux.

Comparaisons : deux grands yeux blancs comme des pains à cacheter.

  • Les paysans feraient volontiers comme les poules qui tuent les infirmes d’entre elles.

2- Le malheur de l’aveugle : gradation dans la haine et la violence à son égard.

      Sa souffrance – sa soumission (champs lexicaux), la moquerie de son entourage : comparé à un fainéant et à un manant, mal nourri, victime de jeux de plus en plus cruels. Comparé à une bête.

     Son sort : il est victime de maltraitances physiques de la part de toute la communauté (le jeu des baffes). Il est obligé de mendier pour être nourri.  On ne vient pas le chercher à la fin de la journée et on le laisse mourir de froid dans la neige (mort blanche). Enfin, il est dévoré par les corbeaux. (Pour la mort blanche, il faut relever le contraste funèbre de la noirceur des corbeaux / antithèse).

Conclusion :

Guy De Maupassant présente dans cette nouvelle l’importance du sens de la vue à travers le conte de l’aveugle. Il dénonce également avec réalisme la cruauté du monde paysan.


Texte 

L’AVEUGLE    Qu’est-ce donc que cette joie du premier soleil ? Pourquoi cette lumière tombée sur la terre nous emplit-elle ainsi du bonheur de vivre ? Le ciel est tout bleu, la campagne toute verte, les maisons toutes blanches ; et nos yeux ravis boivent ces couleurs vives dont ils font de l’allégresse pour nos âmes. Et il nous vient des envies de danser, des envies de courir, des envies de chanter, une légèreté heureuse de la pensée, une sorte de tendresse élargie, on voudrait embrasser le soleil.
Les aveugles sous les portes, impassibles en leur éternelle obscurité, restent calmes comme toujours au milieu de cette gaieté nouvelle, et, sans comprendre, ils apaisent à toute minute leur chien qui voudrait gambader.
Quand ils rentrent, le jour fini, au bras d’un jeune frère ou d’une petite soeur, si l’enfant dit : « Il a fait bien beau tantôt ! », l’autre répond : « Je m’en suis bien aperçu, qu’il faisait beau, Loulou ne tenait pas en place. »
J’ai connu un de ces hommes dont la vie fut un des plus cruels martyres qu’on puisse rêver.
C’était un paysan, le fils d’un fermier normand. Tant que le père et la mère vécurent, on eut à peu près soin de lui ; il ne souffrit guère que de son horrible infirmité ; mais dès que les vieux furent partis, l’existence atroce commença. Recueilli par une soeur, tout le monde dans la ferme le traitait comme un gueux qui mange le pain des autres. A chaque repas, on lui reprochait la nourriture ; on l’appelait fainéant, manant ; et bien que son beau-frère se fût emparé de sa part d’héritage, on lui donnait à regret la soupe, juste assez pour qu’il ne mourût point.
Il avait une figure toute pâle, et deux grands yeux blancs comme des pains à cacheter ; et il demeurait impassible sous l’injure, tellement enfermé en lui-même qu’on ignorait s’il la sentait. Jamais d’ailleurs il n’avait connu aucune tendresse, sa mère l’ayant toujours un peu rudoyé, ne l’aimant guère ; car aux champs les inutiles sont des nuisibles, et les paysans feraient volontiers comme les poules qui tuent les infirmes d’entre elles.
Sitôt la soupe avalée, il allait s’asseoir devant la porte en été, contre la cheminée en hiver, et il ne remuait plus jusqu’au soir. Il ne faisait pas un geste, pas un mouvement ; seules ses paupières, qu’agitait une sorte de souffrance nerveuse, retombaient parfois sur la tache blanche de ses yeux. Avait-il un esprit, une pensée, une conscience nette de sa vie ? Personne ne se le demandait.
Pendant quelques années les choses allèrent ainsi. Mais son impuissance à rien faire autant que son impassibilité finirent par exaspérer ses parents, et il devint un souffre-douleur, une sorte de bouffon-martyr, de proie donnée à la férocité native, à la gaieté sauvage des brutes qui l’entouraient.
On imagina toutes les farces cruelles que sa cécité put inspirer. Et, pour se payer de ce qu’il mangeait, on fit de ses repas des heures de plaisir pour les voisins et de supplice pour l’impotent.
Les paysans des maisons prochaines s’en venaient à ce divertissement ; on se le disait de porte en porte, et la cuisine de la ferme se trouvait pleine chaque jour. Tantôt on posait sur la table, devant son assiette où il commençait à puiser le bouillon, quelque chat ou quelque chien. La bête avec son instinct flairait l’infirmité de l’homme et, tout doucement, s’approchait, mangeait sans bruit, lapant avec délicatesse ; et quand un clapotis de langue un peu bruyant avait éveillé l’attention du pauvre diable, elle s’écartait prudemment pour éviter le coup de cuiller qu’il envoyait au hasard devant lui.
Alors c’étaient des rires, des poussées, des trépignements des spectateurs tassés le long des murs. Et lui, sans jamais dire un mot, se remettait à manger de la main droite, tandis que, de la gauche avancée, il protégeait et défendait son assiette.
Tantôt on lui faisait mâcher des bouchons, du bois, des feuilles ou même des ordures, qu’il ne pouvait distinguer.
Puis on se lassa même des plaisanteries ; et le beau-frère enrageant de le toujours nourrir, le frappa, le gifla sans cesse, riant des efforts inutiles de l’autre pour parer les coups ou les rendre. Ce fut alors un jeu nouveau : le jeu des claques. Et les valets de charrue, le goujat, les servantes, lui lançaient à tout moment leur main par la figure, ce qui imprimait à ses paupières un mouvement précipité. Il ne savait où se cacher et demeurait sans cesse les bras étendus pour éviter les approches.
Enfin, on le contraignit à mendier. On le portait sur les routes les jours de marché, et dès qu’il entendait un bruit de pas ou le roulement d’une voiture, il tendait son chapeau en balbutiant : « La charité, s’il vous plaît. »
Mais le paysan n’est pas prodigue, et, pendant des semaines entières, il ne rapportait pas un sou.
Ce fut alors contre lui une haine déchaînée, impitoyable. Et voici comment il mourut.
Un hiver, la terre était couverte de neige, et il gelait horriblement. Or son beau-frère, un matin, le conduisit fort loin sur une grande route pour lui faire demander l’aumône. Il l’y laissa tout le jour, et quand la nuit fut venue, il affirma devant ses gens qu’il ne l’avait plus retrouvé. Puis il ajouta : « Bast ! faut pas s’en occuper, quelqu’un l’aura emmené parce qu’il avait froid. Pardié ! i n’est pas perdu. I reviendra ben d’main manger la soupe. »
Le lendemain, il ne revint pas.
Après de longues heures d’attente, saisi par le froid, se sentant mourir, l’aveugle s’était mis à marcher. Ne pouvant reconnaître la route ensevelie sous cette écume de glace, il avait erré au hasard, tombant dans les fossés, se relevant, toujours muet, cherchant une maison.
Mais l’engourdissement des neiges l’avait peu à peu envahi, et ses jambes faibles ne le pouvant plus porter, il s’était assis au milieu d’une plaine. Il ne se releva point.
Les blancs flocons qui tombaient toujours l’ensevelirent. Son corps raidi disparut sous l’incessante accumulation de leur foule infinie ; et rien n’indiquait plus la place où le cadavre était couché.
Ses parents firent mine de s’enquérir et de le chercher pendant huit jours. Ils pleurèrent même.
L’hiver était rude et le dégel n’arrivait pas vite. Or, un dimanche, en allant à la messe, les fermiers remarquèrent un grand vol de corbeaux qui tournoyaient sans fin au-dessus de la plaine, puis s’abattaient comme une pluie noire en tas à la même place, repartaient et revenaient toujours.
La semaine suivante, ils étaient encore là, les oiseaux sombres. Le ciel en portait un nuage comme s’ils se fussent réunis de tous les coins de l’horizon ; et ils se laissaient tomber avec de grands cris dans la neige éclatante, qu’ils tachaient étrangement et fouillaient avec obstination.
Un gars alla voir ce qu’ils faisaient, et découvrit le corps de l’aveugle, à moitié dévoré déjà, déchiqueté. Ses yeux pâles avaient disparu, piqués par les longs becs voraces.
Et je ne puis jamais ressentir la vive gaieté des jours de soleil, sans un souvenir triste et une pensée mélancolique vers le gueux, si déshérité dans la vie que son horrible mort fut un soulagement pour tous ceux qui l’avaient connu.