Mon parcours d’écrivain

  • Image de la couverture du roman le pouvoir de la bague.
  • La bague et ses pouvoirs de clairvoyance.
  • Le roman La vie cachée de Mina M posé au milieu des livres la librairie Sauramps.
  • La vie cachée de Mina M. Partez avec elle dans une aventure étrange reploie de volupté, de couleurs et d'intrigues.

Mon parcours d’écrivain !

Pourquoi cette publication sur mon parcours d’écrivain ?

On m’a demandé plusieurs fois d’où venait cette envie d’écrire « La vie cachée de Mina M« ,  « Le pouvoir de la bague » et À pied dans le Sahara ?

Comment est née mon inspiration ?

J’écris depuis l’âge de trente-deux ans. Très vite s’est développée en moi la passion pour l’écriture lors de mes nombreux ateliers d’écriture. 

Bien sûr, je me suis interrogée sur mes capacités à être une bonne écrivaine, qui sait transformer la banalité des choses en de belles aventures. J’ai été envahie de nombreux doutes. Alors qu’ai-je fait pour les minorer ? J’ai suivi mon instinct. J’ai écrit des poèmes, des nouvelles, j’ai donné beaucoup de cours de français et animé de nombreux ateliers d’écriture.

Mes trois histoires ont ainsi commencé à s’écrire sans trop savoir où je voulais en venir. Puis, peu à peu, j’ai trouvé, pour mes deux romans et mon récit de voyage, un fil conducteur, une trame et de nouveaux personnages.

À ces moments-là, d’importantes émotions m’ont donné envie de poursuivre dans cette voie. C’est ainsi qu’a débutée l’histoire de mes livres.  

Loin de moi l’idée de glisser sur mon nez les lunettes de Freud et d’analyser plus particulièrement ce qui s’est passé durant leur genèse. On écrit tous plus ou moins à partir d’éléments du vécu, des rencontres, des émotions, sensations et fantasmes inconscients et conscients. On rattache le tout à un îlot de fiction, et nous voilà en train de construire nos romans. 

Et puis, on travaille à n’en plus finir pendant des jours et nuits, des mois et des mois. (de quoi faire réfléchir certains avant de se lancer !)

J’ai aussi  pris des photos et peint des aquarelles pour accompagner le récit de voyage. Et j’ai tout enregistré sur des clés USB.

Après une interruption de plusieurs années, j’ai finalement eu envie de reprendre mes travaux, de finaliser mes trois écrits et de passer de l’autre côté du miroir, c’est-à-dire de me faire éditer. Et c’est fait, j’ai choisi l’autoédition volontairement car j’aime la liberté.

Mes romans et mon récit de voyage sont sur « Books on Demand » en broché ou en e-book (avis de lecteurs). Ils sont également sur Amazon en format Kindle, sur vos smartphones, tablettes ou liseuses avec « Google play livres » en téléchargement, sur la Fnac, téléchargeable en e-pub uniquement.

Ils sont vendus dans la plupart des pays européens grâce à Amazon et Rakuten Kobo. Ils sont aussi référencés dans beaucoup de pays étrangers (Canada, USA, Australie, Chine, Japon, Israël, ….)

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Très belle interview « Podcast » de la radio « Libre antenne » et Philippe Belgrand , sur Google Podcast et  sur Spotify.

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Merci de m’avoir lue. Je souhaite beaucoup de courage à tous car nous vivons une période difficile avec le confinement et la privation de liberté. Cette planète nous envoie des leçons. Il faudra les retenir le moment voulu.

Se balader à Cadaqués (extrait de « La vie cachée de Mina M »)

Extrait de « La vie cachée de Mina M. Passion dans les trois dimensions ».

Voici un petit extrait de mon roman

« LA VIE CACHÉE DE MINA M »

qui sent bon les vacances  🧚‍♀️🍄🍊👄

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣
Bonjour les amis,
« Le soleil se couchait et la nuit enveloppait le massif du Cap de Creus de son manteau noir.
Ils descendirent à pied, presque en courant et franchirent le dédale des rues pavées avec leurs boutiques d’artisans, leurs commerces et galeries d’art sans s’arrêter. Ils avaient hâte de contempler le bord de mer, ses multiples variations de couleur et son ambiance bohème.
Ils longèrent un quai, des barques et des canots à moteur, passèrent à côté de restaurants aux plateaux de coquillages alléchants et devant des terrasses de cafés aux fauteuils garnis de coussins moelleux.
Il flottait des odeurs de poissons dans l’air apaisant du soir, ce qui donna faim à Mina.
C’était l’heure où l’on se plaisait à rêvasser, car finalement la vie est fabuleuse si l’on se donne les moyens de la savourer.
Elle était toujours émue lorsqu’elle se trouvait à Cadaqués.
À chaque pas, elle songeait à tous ces artistes qui, avant elle, avaient choisi de résider dans ce lieu pour son charme et sa douceur de vivre.
Elle pensait surtout à Salvador Dali et à sa maison-musée de Portlliga, ravissant petit port de pêcheurs situé dans la baie… ».
Pour  lire des avis de lecteurs, suivre ce lien !
Pour savoir dans quelles librairies, ce roman est disponible, vous pouvez vous rendre dans l’onglet  » Boutique« 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comment commenter une pièce de théâtre par l’exemple d’une comédie de Molière ?

Comment commenter une pièce de théâtre par l’exemple d’une comédie de Molière?

Pour commenter une pièce de théâtre de Molière, il fait faire apparaître l’intérêt, l’originalité d’un texte à partir de son analyse précise.

Pour cela il faut se poser les questions suivantes : De quoi ça parle, et comment?

Analyse – partie 1

  • Comme pour tous les commentaires, il faut reconnaître le genre du texte à commenter :

Dans ce cas précis, c’est une comédie, mais vous pouvez avoir à commenter une tragédie, un drame romantique, une pièce du XVIIème siècle mélangeant ces genres… ; à vous d’identifier précisément le genre.

Aujourd’hui, nous allons analyser une comédie en vers de Molière « la critique de l’école des femmes » où Molière renvoie le spectateur à plusieurs de ses pièces (l’école des femmes et les précieuses ridicules) et où Molière met en scène des spectateurs de « l’école des femmes ».Il joue donc avec les spectateurs et ce jeu peut être qualifié de baroque (Genre théâtral du XVIIe siècle, opposé au théâtre classique, quiprivilégie les émotions, les illusions et le contraste du ton).
  • Le titre de la pièce à également un sens auquel il faut réfléchir. Que ne peut nous suggérer le titre  » la critique de  l’école des femmes » ?

Il faut préciser que « l’école des femmes »représenté en 1662 qui s’interroge sur l’institution du mariage  et sur l’éducation des filles connaît un tel succès qu’elle suscite des jalousies. Cela explique que Molière décide de répondre à ses détracteurs en créant une nouvelle comédie  en un acte »la critique de l’école des femmes (1663) » qui met en scène les partisans et les opposants.

Cette pièce divertit les spectateurs tout en les invitant à réfléchir.

  • Nous devons par la suite identifier de quelle scène il s’agit, le moment et le cadre de l’action : exposition, noeud, péripéties, dénouement…

Pour nous, il s’agit de la scène V qui se déroule dans le salon d’Uranie.

  • Puis il faut déterminer la situation : est-ce une scène de conflit entre plusieurs personnages ou un conflit intérieur,  une scène de révélation, une scène de confidence, un quiproquo, des stances… ;

Dans notre cas précis, Dorante défend l’école des femmes contre un marquis qui ne l’apprécie pas. Il y a donc conflit.

  • Puis nous devons distinguer le sujet de l’extrait, les registres dominants, la forme du texte (est-ce un dialogue ou un monologue ?) avec des didascalies, des jeux de comédiens ?

Dans cette scène, c’est un débat polémique sous forme de dialogue  (double énonciation) et le  registre est satirique doublé de comique (des mots, de gestes).

  • Dans le travail d’analyse préalable au commentaire, il se doit aussi de caractériser les personnages : leur rôle (principal, secondaire ; éponyme ; statut social, rôle dans la pièce) et leurs caractéristiques : traits de caractère, valeurs morales dont ils sont porteurs.

Dorante est un chevalier et un aristocrate  et le marquis fait partie de l’aristocratie. Uranie joue le rôle de la maîtresse de maison.

  • Tâcher de faire le plan du texte pour observer une évolution ou pas (le dialogue a-t-il fait progresser l’action ? un personnage dans sa réflexion ? …)
  • Ne pas oublier le spectateur : que veut-on lui dire et lui montrer, que veut-on lui faire éprouver à travers ces mots, ces gestes, (ces lumières, ces décors), …?

Molière dresse un portrait sévère de l’aristocratie et des classes aisées pour leur assurance, leur attitude méprisante, leur comportement prétentieux et ridicule. A cela, Molière oppose d’autres valeurs : le bon goût et le bon sens.

  • Elaborer un projet de lecture, une problématique que votre devoir planifié examinera.

Pour en savoir plus sur le commentaire de texte, n’hésitez pas à formuler votre demande dans le formulaire ci-joint :