L’art de la caricature

L’art de la caricature

Dans le prolongement du cours sur le registre satirique, voici quelques exemples de caricatures et un questionnement sur la censure de la caricature, d’où le titre L’art de la caricature !

Cours de français à distance sur la caricature
Honoré Daumier

Gargantua est une lithographie ‘‘d’Honoré Daumier (1808-1879) », parue le 15 décembre 1831, dans le journal La Caricature.

Cette lithographie est une caricature représentant le roi Louis-Philippe.

Ridiculisé, avec sa tête en forme de poire, sa bedaine et ses rouflaquettes, le monarque avale des sacs d’or prélevés en imposant le peuple, tout en rétribuant ses sbires de pièces qui s’en échappent, puis les défèque en titres (nomination de pair, brevet de la légion) et décorations au profit de la classe privilégiée, depuis la chaise percée sur laquelle il est assis.

Né au début du XIXe siècle comme les romanciers et poètes Victor Hugo qui était le plus populaire des écrivains de  son époque (1802-1885) (Notre Dame de Paris, 1831) et Gérard de Nerval, Honoré Daumier a été emprisonné, à cause de cette caricature, durant 6 mois dont plusieurs dans un asile d’aliénés.

Nous sommes actuellement au XXI siècle, nous ne sommes plus sous le joug de la monarchie :

Ainsi, en mai 2014, il est sorti un film dénommé  » Caricaturistes » – fantassins de la démocratie

avec 12 fous formidables (dont Cabu), drôles et tragiques, des quatre coins du monde, des caricaturistes qui défendent la démocratie en s’amusant, avec comme seule arme, un crayon, au risque de leurs vies. Ils sont: français, tunisiens, russes, mexicains, américains, burkinabés, chinois, algériens, ivoiriens, vénézuéliens, israéliens et palestiniens.

Voici une de leurs caricatures :

leçon sur la caricature du centre d'enseignement du français
Caricaturistes : affiches d’un collectif dont Cabu

Mais aujourd’hui; la grande question est de savoir si en 2015, les caricaturistes peuvent encore dessiner en toute liberté, comme l’a fait Charlie Hebdo depuis 1969. :

Leçon sur la caricature de Béatrice Monge
Peut-on rire de tout ?

Car nous le savons tous que l’hebdomadaire » satirique’‘ a été la cible de menaces et d’un incendie criminel après la publication de caricatures de Mahomet en 2006. Malgré tout, ils n’ont jamais hésité à publier des dessins provocateurs, et de se moquer de tout : des hommes politiques, des religions, des stars en tout genre… La preuve en images.

Hommage à cabu

Et aujourd’hui, qu’en-est-il, les caricaturistes doivent-ils se censurer ???

Comprendre l’argumentation indirecte dans les genres de l’argumentation au XVIe siècle

Afin de comprendre pourquoi un grand écrivain du XVIIe siècle comme la Fontaine a utilisé l’argumentation indirecte pour écrire ses apologues ou fables, nous devons tout d’abord nous replacer dans le contexte historique de ce siècle.

Nous sommes en effet sous le règne de Louis XIV, du pouvoir personnel et de la monarchie absolue, et certaines vérités pouvaient être dangereuses à dire ouvertement pour l’auteur et il se devait de contourner la censure. A ce propos, son ami « Fouquet » qui le protégeait fut disgracié et emprisonné par Louis XIV.

Comprendre l’argumentation indirecte dans les genres de l’argumentation au XVIIe siècle

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

 

Afin de comprendre pourquoi un grand écrivain du XVIIe siècle comme  Jean de la Fontaine a utilisé l’argumentation indirecte pour écrire ses apologues ou fables, nous devons tout d’abord nous replacer dans le contexte historique de ce siècle.

Nous sommes en effet sous le règne de Louis XIV, du pouvoir personnel et de la monarchie absolue, et certaines vérités pouvaient être dangereuses à dire ouvertement pour l’auteur et il se devait de contourner la censure. A ce propos, son ami « Fouquet » qui le protégeait fut disgracié et emprisonné par Louis XIV.


Jean de la Fontaine est né en 1621 et est décédé en 1695. Il a donc traversé une importante partie du XVIIe siècle, qui est la période du classicisme en littérature. 

Le Classicisme est un courant esthétique et artistique regroupant l’ensemble des ouvrages qui prennent comme référence esthétique les chefs-d’œuvre de l’Antiquité gréco-latine.

Ces contes et fables (ou apologues), qui combinent l’art du récit et la critique sociale lui valent un immense succès car il peint la société de son temps d’une manière amusante, dans un récit rapide et vite exposé. Il personnifie les animaux en les faisant dialoguer, et acquiert de cette manière une plus grande liberté d’expression.

Leçon sur la Fontaine, le classicisme et l'argumentation indirecte de béatrice Monge


Sujet de dissertation possible sur l’argumentation indirecte :

Quel est, selon vous, l’intérêt d’argumenter de façon indirecte, c ‘est-à-dire par message caché ou voilé, à l’aide de récits imagés ?

  • Contexte historique, politique et social difficile
  • Volonté de ne pas choquer le lecteur
  • Efficacité de la persuasion : ironie, humour
  • Regard distancié qui permet l’objectivité
  • Position du moraliste difficile

et aussi :

  • Qualités pour convaincre et persuader
  • L’humour est souvent employé dans l’argumentation indirecte pour séduire le lecteur
  • La satire fait sourire tout en se moquant des défauts
  • Objectivité apparente de la critique pour offrir l’occasion
  • au lecteur d’exercer sa réflexion.
  • Dimension philosophique et universelle.

Pour en savoir plus, ou obtenir une leçon plus approfondie sur l’argumentation indirecte au XVIIe siècle, m’envoyer un message pour me faire part de votre demande. Merci !

 

Le peintre et la paire de jumelles – poème en prose

Déposée dans un champ de betteraves en fleurs

la paire de jumelles

les yeux grands ouverts, globulaires

fixe la toile du peintre.

 

Le peintre est là, devant sa toile

il a fixé le jaune et le vert

il a tracé le champ et les betteraves

mais pas la paire de jumelles.

 

Le peintre tend la main

il veut saisir la paire de jumelles

mais elle se débat, elle saute sous ses yeux,

par petits bonds, d’un oeil à l’autre.

 

Elle ne veut pas quitter le champ

le jaune,  le vert, le soleil, la chaleur

elle veut vivre libre dans les parfums des fleurs

sans le peintre et sans son tableau.

 

Le peintre a un ciseau dans sa main gauche

il transperce la toile

en éclats de jaune et de vert

de champs et de betteraves.

 

Plus rien ne subsiste du tableau

Il n’y a plus que des lambeaux.

Le peintre a crié de douleur

le ciseau est tombé sur la paire de jumelles.

 

Ecrit par Béatrice M