Comprendre ce qu’est le registre satirique !

Le registre satirique qui vient du latin « _Satura_ » est un genre littéraire qui se moque dans le but de critiquer, de dénoncer des comportements en jouant sur l’exagération. La satire a également une visée morale :

Le registre satirique qui vient du latin « _Satura_ » est un genre littéraire qui se moque dans le but de critiquer, de dénoncer des comportements en jouant sur l’exagération. La satire a également une visée morale :

  1. Ce peut être une fable : Les fables de la Fontaine
  2. Une poésie – exemple le sonnet de Scarron in « recueil de quelques vers burlesques publié en 1655 » (lire plus bas)
  3. Des tirades théâtrales : Molière qui ridiculise l’hypocrisie religieuse et se moque des faux dévots dans » le Tartuffe« , ce qui valut à cette pièce d’être censurée durant plusieurs années par Louis XIV.
  4. Une caricature : Honoré Daumier (1808-1879)
  5. Une parodie : imitation satirique d’un ouvrage sérieux – ex : Rimbaud défini comme un poète de la parodie.
  6. Une satire littéraire : introduction des châtiments de Victor Hugo.

Les figures de style de la satire :

  • Antiphrases et figures d’opposition : exprimer ses idées par leur contraire dans une intention ironique.
  • Figures de l’exagération (hyperboles…) avec des images fortes
  • Naïveté feinte ou éloge paradoxale
  • Allusions et sous-entendus : ironie
  • Le vocabulaire dépréciatif.

Le ton peut être plus ou moins polémique ou virulent selon les moyens employés :

de la remarque à la dénonciation ; de la description dévalorisante (langage dépréciatif, métaphores négatives) à un véritable réquisitoire(figures d’insistance, hyperboles excessives, oppositions flagrantes…) ; de l’ironie sous-jacente (connotations, sous-entendus) à la polémique ouverte (phrases exclamatives et interrogatives exprimant la colère ou le dégoût…)

Les genres de la satire sont variés :

Le pamphlet (écrit bref et violemment polémique), l’épigramme (poème à visée satirique), le portrait ou la caricature présentée souvent comme un blâme hyperbolique, les maximes (courtes sentences qui énoncent un principe moral), les apologues (bref récit à visée morale).

On attribue la paternité de la satire au poète latin  » Lucilius » (IIe siècles av J.C). C’était un genre très en vogue à Rome, ce qui a permis à Juvénal dans « Satires » de dénoncer les nuisances de Rome dans ses poèmes satiriques. Un peu plus tard, plusieurs oeuvres du moyen-âge utilisent les animaux dans un but satirique : le roman de Renart (1170-1250).


Voici un exemple de « sonnet » satirique de Scarron (1610-1660). Mouvement baroque

L’art du « blason«  est l’art de décrire une partie du corps, de la femme en particulier. Cette description se fait habituellement sur le mode élogieux (laudatif), et loue la beauté de l’anatomie qui est une manière pour le poète d’exprimer, sur un mode souvent ludique, son amour.

Ici, Scarron renverse les règles, dans un anti-blason, la description des dents d’Hélène, pour lui déclarer toute sa haine.

Dans cette forme courte du sonnet, il détourne ainsi les poncifs poétiques pour peindre laideur et puanteur, dans un renversement des valeurs finalement très baroque.


Vous faites voir des os de Scarron en 1655

Vous faites voir des os quand vous riez, Hélène, Dont les uns sont entiers et ne sont guère blancs ; Les autres, des fragments noirs comme de l’ébène Et tous, entiers ou non, cariés et tremblants.

Comme dans la gencive ils ne tiennent qu’à peine Et que vous éclatez à vous rompre les flancs, Non seulement la toux, mais votre seule haleine Peut les mettre à vos pieds, déchaussés et sanglants.

Ne vous mêlez donc plus du métier de rieuse ; Fréquentez les convois et devenez pleureuse : D’un si fidèle avis faites votre profit.

Mais vous riez encore et vous branlez la tête ! Riez tout votre soûl, riez, vilaine bête : Pourvu que vous creviez de rire, il me suffit.

 

Comment commenter une pièce de théâtre par l’exemple d’une comédie de Molière ?

Comment commenter une pièce de théâtre par l’exemple d’une comédie de Molière?

Pour commenter une pièce de théâtre de Molière, il fait faire apparaître l’intérêt, l’originalité d’un texte à partir de son analyse précise.

Pour cela il faut se poser les questions suivantes : De quoi ça parle, et comment?

Analyse – partie 1

  • Comme pour tous les commentaires, il faut reconnaître le genre du texte à commenter :

Dans ce cas précis, c’est une comédie, mais vous pouvez avoir à commenter une tragédie, un drame romantique, une pièce du XVIIème siècle mélangeant ces genres… ; à vous d’identifier précisément le genre.

Aujourd’hui, nous allons analyser une comédie en vers de Molière « la critique de l’école des femmes » où Molière renvoie le spectateur à plusieurs de ses pièces (l’école des femmes et les précieuses ridicules) et où Molière met en scène des spectateurs de « l’école des femmes ».Il joue donc avec les spectateurs et ce jeu peut être qualifié de baroque (Genre théâtral du XVIIe siècle, opposé au théâtre classique, quiprivilégie les émotions, les illusions et le contraste du ton).
  • Le titre de la pièce à également un sens auquel il faut réfléchir. Que ne peut nous suggérer le titre  » la critique de  l’école des femmes » ?

Il faut préciser que « l’école des femmes »représenté en 1662 qui s’interroge sur l’institution du mariage  et sur l’éducation des filles connaît un tel succès qu’elle suscite des jalousies. Cela explique que Molière décide de répondre à ses détracteurs en créant une nouvelle comédie  en un acte »la critique de l’école des femmes (1663) » qui met en scène les partisans et les opposants.

Cette pièce divertit les spectateurs tout en les invitant à réfléchir.

  • Nous devons par la suite identifier de quelle scène il s’agit, le moment et le cadre de l’action : exposition, noeud, péripéties, dénouement…

Pour nous, il s’agit de la scène V qui se déroule dans le salon d’Uranie.

  • Puis il faut déterminer la situation : est-ce une scène de conflit entre plusieurs personnages ou un conflit intérieur,  une scène de révélation, une scène de confidence, un quiproquo, des stances… ;

Dans notre cas précis, Dorante défend l’école des femmes contre un marquis qui ne l’apprécie pas. Il y a donc conflit.

  • Puis nous devons distinguer le sujet de l’extrait, les registres dominants, la forme du texte (est-ce un dialogue ou un monologue ?) avec des didascalies, des jeux de comédiens ?

Dans cette scène, c’est un débat polémique sous forme de dialogue  (double énonciation) et le  registre est satirique doublé de comique (des mots, de gestes).

  • Dans le travail d’analyse préalable au commentaire, il se doit aussi de caractériser les personnages : leur rôle (principal, secondaire ; éponyme ; statut social, rôle dans la pièce) et leurs caractéristiques : traits de caractère, valeurs morales dont ils sont porteurs.

Dorante est un chevalier et un aristocrate  et le marquis fait partie de l’aristocratie. Uranie joue le rôle de la maîtresse de maison.

  • Tâcher de faire le plan du texte pour observer une évolution ou pas (le dialogue a-t-il fait progresser l’action ? un personnage dans sa réflexion ? …)
  • Ne pas oublier le spectateur : que veut-on lui dire et lui montrer, que veut-on lui faire éprouver à travers ces mots, ces gestes, (ces lumières, ces décors), …?

Molière dresse un portrait sévère de l’aristocratie et des classes aisées pour leur assurance, leur attitude méprisante, leur comportement prétentieux et ridicule. A cela, Molière oppose d’autres valeurs : le bon goût et le bon sens.

  • Elaborer un projet de lecture, une problématique que votre devoir planifié examinera.

Pour en savoir plus sur le commentaire de texte, n’hésitez pas à formuler votre demande dans le formulaire ci-joint :

%d blogueurs aiment cette page :